Degradation de la situation sanitaire relative à l'influenza aviaire

Soumis par bsc-webmaster le jeu 05/11/2020 - 21:08

La situation sanitaire relative à l'influenza aviaire (virus IAHP) s'est dégradée rapidement.

En effet, depuis la confirmation du premier cas positifs dans l'avifaune sauvage au virus influenza aviaire hautement pathogène de sous-type H5N8 le 23 octobre 2020 aux Pays Bas, le nombre de cas dans la faune sauvage ne cesse de croitre en Europe.

Le Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation a décidé, après concertation avec l'ensemble des opérateurs des filières concernées et de la Fédération nationale des chasseurs, de relever le niveau de risque de "modéré" à "élevé" dans les départements situés dans les deux principaux couloirs migratoires traversant le territoire, ce qui est le cas du département de l'Ain. Conformément à l'arrêté, les mesures suivantes doivent être respectée :

L’élévation du niveau de risque induit l’application sur l'ensemble des communes de l'Ain et non plus seulement sur les communes situées en ZRP à savoir pour rappel :

  • la claustration des volailles ou protection de celles-ci par un filet avec réduction des parcours extérieurs.  Aucune dérogation à la claustration n'est possible pour les basses-cours familiales.
  • l’interdiction de l’organisation de rassemblements et la participation des volailles originaires des zones concernées dans les zones au risque « négligeable » ;
  • l’interdiction de transport et de lâcher de gibiers à plumes ;
  • l’interdiction de l’utilisation d'appelants.
  • la surveillance clinique quotidienne dans les élevages commerciaux et non commerciaux ;
  • l’interdiction des compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l'arrivée de la France ;

Rappel: Les éventuels signalements d'oiseaux morts sont soit à orienter directement vers le service d'astreinte de la préfecture , soit prendre toutes les informations permettant de re-contacter la personne, de localiser les lieux de la découverte et de communiquer ces informations au service d'astreinte de la préfecture.

Seul les signalements concernant des oiseaux d'eau (cygnes/canards/poules d'eau)  sont à prendre en compte. Il est recommandé de laisser les cadavres sur place, ils feront l'objet de prélèvements par des personnes habilitées.